26 janvier 2016
Commentaires : 0

Objets connectés, entre curiosité et inquiétude

Un sondage Ifop a été effectué en novembre 2015 pour Hiscox, assureur spécialisé notamment en cyber-risques, auprès d’un échantillon représentatif des plus de 15 ans, en France.



Les résultats sont éloquents (et peu surprenants) : oui les Français sont attirés par cette nouvelle technologie et oui, nombreux sont ceux à ne pas l’adopter pour le moment par crainte du piratage notamment.


Ainsi, 65 % pensent que leurs données sont mal protégées, beaucoup ignorent tout de la circulation de celles-ci et 76 % sont opposés à tout partage de ces informations.


Pourtant, parmi ces mêmes personnes, plus de 30 % comptaient offrir au moins un objet connecté à Noël (particulièrement des objets liés à la maison connectée, au sport et à la santé).


Information intéressante également, si les sondés estiment majoritairement (57 % sur l’ensemble et plus de trois quarts des 18-25 ans) comprendre et maitriser le concept, plus de la moitié relèvent le caractère inutile ou tout du moins non indispensable, à l’heure actuelle, d’une bonne partie de ces appareils.


Il ne faudrait pas grand chose pourtant pour que l’envie supplante la crainte, et gageons que dès qu’un réel besoin se fera sentir (autre que marketing ou dans les marchés de niche comme les pacemakers), la sécurité passera au second plan pour de nombreuses personnes.



Si vous voulez en apprendre plus sur les enjeux majeurs entourant les objets connectés et l’internet des objets, nous vous invitons à lire le billet Internet des Objets, comment protéger l’individu sur notre site VITA.


Et comme d’habitude, si vous souhaitez en savoir plus sur les bonnes pratiques sécuritaires à mettre en oeuvre pour l’introduction de nouvelles technologies au sein de votre entreprise, n’hésitez pas à appeler nos experts, ils se feront un plaisir de vous aider à construire votre avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *